Nogent-le-Rotrou, capitale du Perche
Cité des comtes de Rotrou

 

Manoir Michelet à Nogent-le-Rotrou, Perche

Des manoirs de ville

Le Pâty

Rotrou III, Comte du Perche, était un chef de guerre. En temps de paix il devait loger des officiers. Le pâturage au bas du château fit l'affaire, ainsi s'édifia le Pâty.

Plus tard, les gentilshommes ont remplacé les officiers du XIIe siècle. Ils firent construire des manoirs avec pignons aux rampants délicats et gargouilles grimaçantes. 

Près du château, les moines de la collégiale, se jugeant trop éloignés des habitants du Pâty, firent construire les 155 marches "Saint-Jean". 

Le Pâty est un concentré d’architecture civile moyenâgeuse. En 200 mètres, 6 manoirs bâtis entre 1490 et 1542 se succèdent. 

Surtout n'oubliez pas de lever le nez et d'ouvrir grand les yeux pour admirer tourelles d’escalier octogonales, fenêtre à meneaux, baies encadrées de pilastres à chapiteau,...

Marché de Nogent-le-Rotrou, Perche

Le marché de Nogent

Le samedi, c'est jour de marché !

Cela dure depuis le XIXe siècle. Le matin, la place Saint-Pol se couvre des étals multicolores des primeurs, fruits, légumes, viandes, pâtisseries, poissons... On retrouve alors l’ambiance si caractéristique des marchés de campagne : odeurs, couleurs, discussions animées entre commerçants et clients. On aime s'y balader, flâner, se laisser tenter par les produits locaux..

Profitez toute la journée du marché aux vêtements, chaussures, broderies, cuirs… place du 11 Août. 

Le marché aux volailles et le marché à la corde ont quant à eux disparu. Les anciennes places du "Marché aux cochons" (actuelle place Sully) et du "Champ de foire" (Place du 11 Août) accueillaient autrefois les foires aux bestiaux, aux chevaux, les comices agricoles.

Pour varier les plaisirs, changez de marché : le mardi à La Loupe et à Authon-du-Perche, le vendredi à Senonches, le jeudi et le dimanche à La Ferté-Vidame...

Plus d'infos

Remy Belleau et Sully

Le Percheron et l'accouru

Le Percheron, c'est Remy Belleau, né à Nogent-le-Rotrou en 1528. Il commence ses études à l’abbaye Saint-Denis avant de les poursuivre à Paris. En 1554, il rejoint les poètes de la Pléiade. Pierre de Ronsard, qui l'appelle "le peintre de la nature", rédige son épitaphe en 1577. Un des lycées de Nogent porte son nom.

L'accouru, c'est Maximilien de Béthune, duc de Sully. Devenu veuf, il épouse Rachel de Cochefilet, de famille percheronne. Il s'implante dans le Perche en achetant la seigneurie de Nogent en 1624. Son tombeau est érigé, selon son souhait, à Nogent. Les sculptures du duc et de la duchesse sont de marbre blanc.

 

 

 

 

 

 

Rosa Bonheur et Voltaire

Une artiste et un percheron

Rosa Bonheur, avec le portrait de l'étalon Voltaire, est parmi les premières artistes à s'intéresser aux chevaux percherons. En 1884, elle écrit : "Au point de vue artistique, j'ai la satisfaction personnelle d'avoir, depuis plusieurs années déjà, fait apprécier ses formes riches et bien équilibrées. Je la crois la plus belle race du globe de cheval de trait."  

Des œuvres de Rosa Bonheur sont exposées au Musée des Comtes du Perche à Nogent et au Metropolitan Museum de New York, notamment "Le Marché aux chevaux", monumental tableau représentant des percherons se cabrant.

Étamines et bouchons

Nogent à travers les siècles

Du Moyen-Âge au XVIIIsiècle, les étamines font la renommée de Nogent. À la belle époque, des industries de renommée nationale (pianos automatiques Maignan, chapeaux Tirard...) s'installent en ville, près des rivières.

Située sur les axes routiers et ferroviaires Paris/Le Mans, Nogent/Patay, Nogent connait la prospérité au XIXsiècle. Cette situation privilégiée est aussi à l'origine des fameux bouchons du dimanche soir dont Nogentais et Franciliens se souviennent.

C'est avec nostalgie que tous évoquent ce temps révolu... et dégustent les "Bouchons de Nogent", délicieux bonbons chocolatés au calva.

L’essentiel

en 1 clic